Parce que la couverture me faisait de l’œil depuis le Salon de l’Outaouais, et parce que j’ai eu la « bonne idée » de lire le prologue au Salon de Québec, j’ai lu À l’ombre des villages de Valérie Dionne, publié dans la collection Panache aux éditions AdA.

Résumé de l’éditeur:24796657_217045218838866_4486250292855012096_n

Des disparitions insolites secouent un village en apparence sans histoire.
En s’y rendant pour raviver sa carrière de journaliste, Corinne découvre les fragments d’une vérité que plus d’un cherche à étouffer;
Une vérité qui l’entraînera dans un monde inconnu qui, bien qu’elle l’ignore, fait pourtant partie du quotidien de son fiancé, le détective Bergevin.

Secrets, complots, intrigue et magie noire se côtoient…

À l’ombre des Villages.

Ce que j’en dis:

De m’arroger le droit de critiquer un livre — surtout quand je connais l’auteure, et qu’elle est aussi gentille que Valérie Dionne — provoque toujours en moi une certaine insécurité. Ceci étant dit, je n’ai aucun problème avec celui-ci, puisque je n’ai que de bonnes choses à dire!

Pour commencer, j’ai littéralement été happée dans l’histoire dès la première partie du prologue (entre deux signatures au Salon de Québec, mais je me répète). Et la suite n’est qu’un enchaînement d’éléments qui vous forcent à tourner les pages les unes après les autres jusqu’à la dernière. Bref, un véritable page turner.

J’ai aimé les personnages, qui sont attachants et conséquents. Les déplacements, l’action, les événements, tout s’enchaîne logiquement, et les références à la magie sont, ma foi, très crédibles à qui s’intéresse un minimum à la Wicca. On se doute peut-être un peu du dénouement, mais c’est le déroulement des opérations qui représente le plaisir de toute façon. De plus, le fait que cette histoire à suspense soit parsemée de surnaturel m’a emballée!

J’ai adoré que l’intrigue soit suffisamment intéressante en elle-même que l’auteure n’ait besoin de recourir ni à de la violence trop graphique ni au sexe pour embellir son histoire; je n’aurais aucun problème à ce que ma fille de onze ans la lise même si, en tant qu’adulte, j’ai été comblée dans ma lecture. Une belle intrigue, de bons personnages, une histoire tout à fait addictive sans besoin d’artifices inutiles.

En bref, À l’ombre des villages est un thriller que je recommande sans hésitation et, sait-on jamais, on peut espérer revoir la journaliste Corinne Dulac ou le détective Bergevin dans une nouvelle enquête…?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s