L’enfer

« Menadel saisit son regard.

— Qu’est-ce que tu en dis?

— On dirait une pâle copie de l’Éden, déclara-t-elle.

— C’est exactement ça, confirma le général. C’est vide et froid. Cette terre n’a jamais été bénie de la présence du Père. » (Emprise, p. 621)

Voilà ce que dit Menadel de l’enfer. Vide, l’enfer? Pas tant que ça…

Ce lieu a été créé par Lucifer, après la Grande Guerre. Il a promis à tous les anges qui le suivraient une liberté totale. Ce que les bannis feraient de cette liberté, il s’en moquait…

L’enfer est divisé en plusieurs royaumes, qui se lèvent et tombent au gré des guerres intestines. Cependant, certains réussissent à perdurer, comme le royaume de Bélial, celui de Danah, et bien sûr les terres de Son Altesse le prince Sytri, où jamais un démon n’oserait s’aventurer… Au centre : Gehinnon, résidence de Lucifer, maître de tous les bannis.

Certains démons, les plus puissants, peuvent aller et venir à leur guise entre la Terre et l’enfer, peu importe leur localisation. Toutefois, il existe six portails immuables qui s’ouvrent sur notre planète. Le premier, celui de Gehinnon, donne sur le désert du Sahara. Celui du royaume de Danah donne sur la cordillère des Andes; la porte du royaume de Bélial ouvre dans le désert de Gobi. Le fief du redoutable prince Sytri est lié à l’Antarctique. Des royaumes plus mineurs aboutissent encore en Sibérie et à Kilfoil, un minuscule village du Nebraska.

En enfer, tout ce qui nécessite l’utilisation d’énergie psychique est plus exigeant, comme dans le cas de la téléportation. Les objets de haute technologie que les bannis ont emportés avec eux fonctionnent mal. De plus, une barrière, mise en place par Lucifer, ferme cet univers et empêche toute conversation télépathique extra-muros. Si L’Éden et l’enfer veulent communiquer, ils doivent le faire grâce à des appareils extrêmement puissants, dont les accès sont rigoureusement contrôlés.

Lucifer trône tout en haut de la hiérarchie infernale. Antarès, son bras droit, possède également toutes les autorisations nécessaires à sa fonction. Ensuite, plusieurs souverains se disputent les faveurs de leur seigneur, que l’on pense à Bélial, Danah, Mars, Ishtar et Seth…

Parmi les courtisans que l’on rencontrera dans Le châtiment des anges tome 2 Désobéissance, on compte Briji, qui voue une adoration absolue au seigneur Lucifer, et la brillante Orobah, qui a tout conservé de sa beauté angélique. Quelques autres démons de moindre importance feront leur apparition. On verra entre autres passer des personnages comme Gomori et Abrahel. De plus, on ne peut ignorer le terrible prince Sytri, dont le sommeil s’étire depuis des siècles. Son réveil pourrait bien bouleverser l’ordre du monde tel qu’on le connaît…

Dans l’entourage d’Antarès, il y a bien sûr la belle Gayah, sa fidèle compagne, Hadès le perfide et le maléfique Flauro.

Un fait demeure; le Père n’y est jamais entré. L’enfer reste une terre stérile, construite à partir de l’énergie même de Lucifer, où les vents constants et glacials rendent le vol périlleux. L’enfer, l’endroit où les âmes des humains qui haïssent le Père aboutissent, pour servir éternellement comme jouets aux plus infâmes créatures de l’univers…

Vous ne voulez pas y aller. Personne ne veut y aller. Pas même les démons… Comme le dit si bien Nergal : « L’enfer, c’est le pire de tes cauchemars, multiplié un millier de fois. Il n’y a aucune loi, aucune règle. Personne ne pardonne. L’enfer, c’est manger ou être mangé, parfois même au sens littéral… » (Emprise, p. 269)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s